Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Objectif Média Web

La maison des damnés (1973)

7 Mai 2018 , Rédigé par Paul Bénédict Publié dans #Cinéma Fantastique

Dans la rubrique, ah, comme j'ai peur, retrouvons un honnête film fantastique.

 

Comme ne le dit pas le titre, non et non la Maison des damnés n'est pas le remake du chef-d'oeuvre de Wise !

 

Et pourtant, c'est ce qui est dit et répété à perdre haleine, si la Maison du Diable (titre impropre, la Maison Hantée serait beaucoup plus approprié) est une œuvre de Shirley Jackson, la Maison des damnés était quant à lui un roman du très célèbre Richard Matheson, vous connaissez l'homme qui rétrécit ou Oméga man (Je suis une légende dont il y eut deux versions cinématographiques avec Charlton Heston, puis Will Smith).

 

Déjà rien à voir, deux univers totalement différents.

 

Le teaser est simple et rappelle celui de la maison du diable, un groupe de personnes en général deux hommes et deux femmes vont s'enfermer dans une baraque à la réputation malsaine, réputation justifiée puisque c'est un véritable abri à fantômes et autres phénomènes plus flippants les uns que les autres.

 

Il se passe alors des phénomènes effrayants et surtout personne n'en sortira intact, du moins, il ne doit rester qu'un survivant pour la Maison des damnés.

 

Bref, un endroit pas cool, vous y enfermez deux médiums, l'incroyable Roddy Mcdowall (Benjamin Fischer) et Pamela Franklin (Florence Tanner), un couple les Barret dont le mari est un scientifique très sceptique.

 

Rien que la bande-annonce n'est pas piqué des hannetons.

 

Le film fut distribué tardivement en vidéo et au fur et à mesure de ses sorties, le film subit la censure, des scènes entières disparurent comme par enchantement.

 

L'instant ou le médium Florence Tanner se fait violer par le fils de Belasco, dans une vision, elle perçoit le corps de celui-ci en décomposition.


Puis, après qu'elle fut écrasée par une croix, on la voit en très gros plan se lacérer les veines, afin d'apporter la preuve de l'identité de l'esprit.

 

Ensuite, lorsque le scientifique Lionnel Barret découvre que sa machine n'a pas fonctionné comme il le croyait et que l'esprit le traîne à travers les longs couloirs de la demeure, en le blessant et l'écrasant contre chaque meuble et objets.

 

À part les habituels poltergeists, séances de transes assez réalistes, vous noterez une attaque de chat noir bien entendu sur le jeune médium Florence Tanner et cette scène ne vous rappelle rien ? Cherchez bien !

 

Si, cette scène est parodiée dans Scary movie 2, qui est un mix hard de l' Exorciste, Hantise et de la Maison des damnés, vous trouverez, la vidéo de la fameuse attaque et puis vous comparez, ah, le chat noir, pour faire un bon film d'horreur, il faut absolument un chat noir.

 

Bon, le film est sorti en 1973, présenté au festival d' Avoriaz, et rien qu'à la vision du film que votre humble serviteur a vu, il a mal vieilli, moins effrayant que le film de Wise, il n'a pas la portée d'un Exorciste, sorti en 1974, terrifiant quant à lui et à qui je consacrerais une chronique.

 

Dès les années 70, le fantastique s'est démocratisé, il est sorti du cadre des vieux châteaux et s'est installé en ville, dans un cadre rassurant et familier, Poltergeist en est un exemple frappant, le fantastique, les fantômes, les hantises peuvent surgir n'importe où et s'attaquer à n'importe qui, plus de vieilles servantes boiteuses gardant de lourds secrets de famille dans un vieux château gothique et Stephen King l'a merveilleusement compris et mis en place dans notre monde moderne qui peut paraître si confortable, mais qui ne l'est pas du tout en fait.

 

Psychose rentre dans le cadre de la peur qui pénètre notre monde, il porte peut- être tous les codes du fantastique, sans pour autant en faire réellement parti.

 

Le producteur du film, James B. Nicholson tira sa révérence six mois avant la sortie du film (en décembre 1972), et personne ne vit une quelconque malédiction, comme il est habituel de le faire, c'était surtout un producteur de films pour les «jeunes» et de série B.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article