Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Objectif Média Web

HANTISE (1999)

18 Avril 2018 , Rédigé par Paul Bénédict Publié dans #Cinéma Fantastique

Oui, remake ta mère, oui, j'ai vu Hantise, comme un toxico qui prendrait un substitut, j'ai pris HANTISE pour de la bonne came et là, j'ai été déçu, le remake raté d'un excellent film.

 

Bon dans cette version, Markway, à l'origine dans le roman, Montague est devenu Marrow, joué par l'impeccable Liam Neeson, professeur à l'université, il convie dans une demeure plutôt lugubre, un groupe de personnes souffrant tous d'insomnie, en fait sous ce fallacieux prétexte, ce n'est pas une étude sur l'insomnie qu'il veut mener, mais sur la peur, car, la maison a la réputation d'être hantée, bref, il veut manipuler le mental des participants, jusqu'ici ça va.

 

Bon que le film soit réalisé par Jan De Bont, un réalisateur de films bourrins, comme Speed 1 & 2, Tomb Raider et Twister (pas mal fait pour ce dernier, avec le regretté Bill Paxton), bref, un mec badass qui aime les effets badass et ne fait pas trop dans la dentelle.

 

Scène de présentation de Nell (Lili Taylor) est dans son appartement avec une approche un peu à la Hitchcock, pas trop mal.

 

Puis, la rencontre de Nell avec la torride Théo (Catherine Zeta Jones), oui torride par rapport à l'autre Théo, celle de 63, la découverte par les deux jeunes femmes de la demeure avec les faux miroirs, les effets d'optique, la salle ou elles marchent sur des livres qui flottent sur l'eau, un début prometteur, très Alice au pays des merveilles et pas exploité du tout dans le reste du film. Shit ! Quel dommage, le réalisateur, le scénariste n'utilise pas l'univers onirique pour nous effrayer.

 

Je passe sur la présence pas dérangeante de madame Dudley à l'inverse de (Bruce Dern) en monsieur Dudley, très impressionnant et inquiétant.

 

Le charismatique Owen Wilson sous-exploité en un Luc Sanderson, plus du tout l'héritier de la baraque de Crain, bon, on s'attendait à un truc bien chiadé, un brin pervers et bien non !!!!

 

Nell est une jeune femme naïve qui gobe la triste histoire des Crain en mal d'enfants, bien raconté par Marrow, la larme à l’œil, les autres protagonistes vite arrivés et surtout vite sortis, des silhouettes, dont on ne sait rien, c'est beau l'art scénaristique.

 

On arrive à la fameuse scène de nuit ou la présence malveillante tambourinant à la porte des jeunes femmes, mais pourquoi la refaire presque à l'identique ? Un remake peut devenir un film à part entière, en s'adaptant à l'époque et à une autre relecture de l'histoire.

 

Mais, De Bont n'est pas un type à y aller en douceur et il filme tout, parce que c'est écrit, si c'est écrit dans le scénario, c'est que c'est bien, Crain devient un ogre, violeur de petits enfants, le type est en mode Émile Louis, la totale.

 

Nell est une descendante de Crain le monstre, De Bont nous montre les fantômes, putain, il nous les montre !!! Franchement, quelle idée de génie pour saborder le film !

 

La chambre de Crain identique à celle de la mère de Nell, le tout présenté avec maladresse, j'ai prié durant tout le film pour qu'il y ait un éclair de génie et bien, non.

 

On peut aussi voir Luke Sanderson déambulant avec son ballon de basket pour résoudre son problème d'insomnie, tout en espérant tiré son coup dans la foulée !!!!

 

Ne voyez pas ce film après avoir vu Scary movie 2, parce que la parodie s'en tire 100 fois mieux que l'original, c'est tout dire !

 

On a droit à un moment gore, la décapitation de Luke Sanderson, au revoir Owen Wilson qui devait avoir un reliquat d'impôt à payer, non, je rigole, par contre, on sent que Catherine Zeta-Jones joue comme si sa vie en dépendait et elle fait des efforts la pauvre, Lili Taylor est formidable, sobre, juste en accord avec Neeson, parfait en Marrow, le professeur bourré de certitudes, qui perd pied et provoque un drame que sent venir Théo, la mort de Nell.

 

Nell, a qui, il n'a jamais téléphoné, il y a d'excellentes idées, mais mal assemblées, totalement à côté de la plaque, on bidouille et De Bont, en fait des tonnes.

 

La scène de fin est celle ou monsieur Dudley arrive au volant de sa voiture avec son reflet dans le rétroviseur, le soleil se lève, et il découvre Théo et Marrow qui sont en état de choc devant la grille qu'ils n'ont jamais pu ouvrir, quel dommage, que le reste du film n'aient pas été aussi naturaliste que l'ouverture et la clôture de celui-ci.

 

Je rajouterais que Lili Taylor est une formidable comédienne, vu dans l'effrayant, le terrifiant et je pèse mes mots : The Conjuring.

 

Depuis 2003, De bont ne réalise plus aucun film, on se demande bien pourquoi, en l'occurrence, il a été l'heureux producteur délégué du film de Travolta : Battlefield Earth, tiré du roman de Ron Hubbard, le père de la Scientologie et qui s'est cassé la gueule au box-office, un nanar de taille, je peux vous le dire.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article